A propos de moi






Annick Redor


Je suis née artiste et le suis encore quarante ans plus tard. 
J'aime la vie, j'aime les gens et dans le silence de mon atelier je peins les échanges mystérieux que le monde visible et invisible me soufflent à l'esprit .

Trois périodes essentielles sont à découvrir.

Hymne à la vie

  • Cette période va durer une vingtaine d'années et  traduit l'amour inconditionnel que j'ai pour le vivant que je capte bien au delà de la forme, à travers un travail calligraphique où l'émotion est véhiculée par un trait le plus juste et le plus pur possible, sortant directement de la cartouche d'encre de Chine. Le but est d'en dire le maximum avec le minimum de traits. Les thèmes sont le vivant en tout et partout. C'est une peinture de la femme vue par la femme, la femme - amie, la mère, le monde de l'enfance. Les scènes de rue, le relationnel entre les gens... 
  • La musique, qu'elle soit classique ou de jazz, est omniprésente. Le monde de l'enfance est là aussi avec ses joies, ses drôleries, sa tendresse. Les gens pédalent, complices dans une nature accueillante, les couples partagent des moments tendres. La vie est omniprésente dans ce qu'elle a de plus positif.
  • Je procède de la façon suivante: Après un instant de méditation profonde, je "quitte" mon atelier pour oublier les cours de modèle vivant et  devenir le thème de la toile. Je ne suis plus un peintre assis sur son chevalet mais ai pris totalement possession de la scène qui s'en vient. Elle est imprécise mais les grandes lignes sont dans mon esprit. Alors, dans un immense  lâcher prise, mon bras trace directement au tube d'encre de chine, sans modèle, sans dessin au préalable, une ligne pure qui traite du sujet. Ce trait doit être porteur de toute l'émotion du moment vécu. Ayant  appris à dessiner l'humain, je n'ai plus à visualiser une morphologie mais uniquement à capter l'essence de la vie qui s'en dégage. C'est une écriture à part entière, très personnelle et reconnaissable entre toutes. C'est une vibration de l'âme.
  • La couleur viendra ensuite, quand l'encre sera sèche. Elle sera mise en couches fines, les unes sur les autres pour laisser vibrer la lumière. Le blanc de l'oeuvre reste le fond de la toile non peinte suivant le principe de l'aquarelle. Le trait doit garder sa puissance et rester lisible. il doit respirer en parfaite harmonie avec la couleur.
  • Je travaille à l'acrylique, l'huile, le pastel, l'aquarelle, le lavis.

Les peintures médiumniques
 
  • Dans cette deuxième période, le processus de création est légèrement différent. Une Présence prend possession de mon quotidien quelques jours avant la sortie de l'oeuvre et me détache lentement du plan terrestre. Un Appel lointain me demande de me tenir prête et libre pour approcher les Forces qui me font signe. Puis au fil des heures, les sensations physiques s'amplifient ne me laissant plus le choix de peindre ou pas. Les sueurs, les palpitations cardiaques, l'instabilité mentale et émotionnelle se calment dès que le travail d'expulsion de l'oeuvre commence.
  • Je prépare alors  mon atelier en le purifiant avec des chants sacrés, j'allume une bougie, je relève mes manches, enlève les bagues, ôte le capuchon des tubes...rien ne doit entraver le rythme effréné de ce qui arrive.
  • Puis dans un silence absolu, je perds petit à petit la notion de l'espace et de ma propre présence. La feuille blanche devient mon monastère d'où émane déjà ce qui demande à naître. ON peint alors à travers moi.
  • A l'envers, à l'endroit, la feuille de cellulose pure recevra, la caresse du pinceau, les griffes du couteau,  au rythme de la dictée de Là-Haut. Les couleurs s'étalent, se bousculent, imprègnent la feuille, sont noyées dans la térébenthine, enlevées pour être ensuite recouvertes de peinture à la bombe. Le désordre s'installe, les chiffons se jettent, l'espace de l'atelier devient trop petit pour laisser  rentrer le monde que je visite.
  • Alors au milieu du "champ de bataille" où gît mon matériel, sur la feuille de cellulose, apparaissent des beautés cosmiques, des enseignements initiatiques, des toiles prémonitoires, des écrits anciens,. On y voit le Mont Saint Michel éthérique, l'Atlantide, des bouleversements climatiques, des anges et des archanges. Je contacte l'infiniment petit aussi bien que l'infiniment grand. Certaines oeuvres ne sont qu'énergie pure, peintes avec des ors, des cuivres, des bronzes, de l'argent. Cette période s'étalera sur une dizaine d'années.

Visions de la conscience 

  • Le besoin de mettre de la matère sur ma toile se fait alors ressentie et a priorité est donnée aux matériaux de toutes sortes, sable, poudre de marbre, cristaux de Svarowsky, raffia, médium de structure, cendres...Le mental est là encore totalement absent pour laisser place à une recherche imprécise mais puissante : Je dois trouver ce qui se cache dans le blanc de la surface à peindre sans savoir ce que je cherche ce qui est une mission complexe. Quand, après de nombreuses heures de travail, je contacte enfin l'énergie qui m'appelle et se matérialise sur la surface blanche, c'est comme une Révélation. Il n'y a plus rien à rajouter et je sais, d'un savoir sans négociations possible que j'ai  traduit les fréquences qui voulaient se densifier.
  • Aller loin, au plus loin que mon Moi Supérieur capte dans le champ informationnel du vivant, là où tout existe avant que La forme ne naisse. On ne crée rien, on ne fait que densifier ce que notre conscience a besoin de voir pour exister au niveau où elle est. Tout est déjà présent partout et de tous temps.
  • Plus rien n'arrête alors, ma création. Je peux tout dire, tout faire, aller n'importe tout chercher une information que je traduirai en forme et en couleur sur le support. Mix media, résine, chalumeau, silicone ...Je mélange, je brûle, je prépare, dans une alchimie totale des éléments, pour laisser apparaître ce que la Grande Création cache dans le pli de son Etre. Le champ de découverte est immense et en même temps ne vit que si la conscience lui prête vie.
  • Chaque toile peinte est alors à l'image d'un seau d'eau que l'on tire d'un puits. Quand l'oeuvre est terminée elle est immédiatement remplacée par la suivante, comme la source remplit l'eau qui vient d'être prélevée. Je canalise sans fin l'infinitude du vivant. 
  • L'inspiration ( in spiritu) est omniprésente. Il n' y a aucune limite aux pouvoirs de l'esprit.



  • J'ai reçu de nombreux prix, dont le prix européen Léopold Sedar Senghor 2009, pour l'ensemble de mon oeuvre,
 
  • J'ai exposé dans de nombreux pays (USA, Allemagne, Japon, Taïwan, Belgique, Suisse pour la partie "Hymne À La Vie" et dans de très nombreuses villes françaises dont Paris, Bordeaux, Toulouse, Albi, Nantes, Limoges, Poitiers entre autre.

  • Une monographie de 80 reproductions couleur est parue en 1999 sur la période de l'hymne à le vie.

  • Et un romain initiatique, "Sur les ailes de l'avenir" est paru  aux éditions Sydney Laurent  en mai 2022: Il dévoile des moments clés de mon existence qui font comprendre pourquoi je suis une artiste à temps complet depuis 40 ans désormais.
  • Je suis cotée à la cotation Drouot pour ma première période.

Contact

Annick Redor

 16 rue des gabiraux

Chauzat

87420 Sainte-Marie-de-Vaux 

France

Tél:  06 20 66 32 51



© Copyright 2023  Redor -Peinture            Tous droits réservés.

Google Analytics

Google Analytics ist ein Dienst, der auf unserer Website verwendet wird und der Datenverkehr protokolliert und misst, wie Nutzer mit dem Inhalt unserer Website interagieren, um ihn zu verbessern und bessere Dienste bereitzustellen.

Facebook

Unsere Website ermöglicht es Ihnen, Inhalte auf Facebook zu teilen oder zu teilen. Durch die Aktivierung und Nutzung stimmen Sie den Datenschutzbestimmungen von Facebook zu: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Auf unserer Website werden integrierte Tweets und Share-Dienste von Twitter verwendet. Indem Sie diese akzeptieren und verwenden, stimmen Sie den Datenschutzbestimmungen von Twitter zu: https://help.twitter.com/de/rules-and-policies/twitter-cookies